Du Salève au rocher de Naye,

Passent des rêves, passent des montagnes. 

De la Tinière au pont du Mont Blanc, 

Souffle le Vaudaire, souffle le Vent Blanc.

 

Aïga se pavoise d'être née d'un glacier,

Sans fausse modestie la force de la nature

coule en cheminement.

Aïga turquoise enfin libérée, 

Descend le lac fleuve doucement...

Onze ans d'un voyage courant,

Onze ans entre vagues et vents.

 

Un matin le Jura j'ai gravi,

De là-haut, j'y ai vu mon lac s'étaler, 

Du Delta au phare des Pâquis.

De là-haut, les trois lacs se sont dévoilés,

Le haut, le bas et le petit...

De ma vue incroyable et émerveillée,

J'y ai laissé s'y noyer mon esprit.